Facebook
Inscrire son auto école

Préparer examen de conduite

1er conseil : prenez le temps de lire et maitriser les règles de votre code de la route.

Il ne sert à rien de passer votre temps à lire votre code de la route en diagonale. Prenez donc votre temps et lisez attentivement votre code de la route. Puis essayez d’intérioriser ce que vous avez appris. Le code de la route est le document fondamental pour tout apprentissage de conduite automobile.

2e conseil : N’hésitez surtout pas à demander des conseils à votre moniteur.

Si pour une raison ou une autre, il y a des questions que vous ne comprenez pas, n’hésitez pas à les poser à votre moniteur. Étant donné que c’est un professionnel en matière d’enseignement du Code de la route, son rôle est justement de vous aider à réussir votre permis de conduire.

3e conseil: ne soyez pas stressés. 

Le stress est un grand handicap pour la réussite de toute épreuve. Ainsi, pour éviter tout éventuel échec, essayez de garder votre calme. Évitez surtout de paniquer ou de vous faire influencer par d’autres candidats. Plutôt rester concentre et confiant (e) en vous.

4e conseil : prenez le temps de lire et de maîtriser les questionnaires d’entraînement.

Il est inutile de vous présenter à un examen, lorsque vous n’êtes pas prêt. Prenez donc le soin et le temps de lire vos questionnaires d’entraînement. N’oubliez pas non plus de voir votre moniteur qui est bien placé pour savoir si vous êtes prêt (e) ou pas.

5e conseil: lisez bien les questions et surtout n’ayez pas peur.

En lisant les questions, vous pourriez être amenés à penser qu’elles contiennent des pièges. Or, ce n’est pas le cas. Concentrez-vous à votre questionnaire et évitez surtout de voir des pièges là où il n’y en a pas. Prenez le temps de regarder toute l’image tout en portant une attention particulière aux rétroviseurs.

6e conseil : votre bon sens est indispensable.

Il se peut que vous soyez confronté(e)s à des questions que vous n’avez jamais rencontrées ou que vous avez oubliées. Dans ce cas, faites appel à votre bon sens et surtout songez au code de la route, dont le rôle principal consiste à vous aider et non à vous piéger.

7e conseil: Ayez toujours à l’esprit les exigences tout conducteur qui se respecte.

Un bon conducteur doit respecter ces critères le respect des règles, la réflexion, la capacité à anticiper, le contrôle, la prudence et le respect des autres usagers.

8e conseil: la panique est un mauvais conseiller 

Lors de votre examen, sachez très bien que vous avez cinq secondes pour répondre à une question.

Cela dit ce temps est amplement suffisant pour répondre à une question. Surtout ne paniquez pas. Prenez votre temps et au besoin respirez profondément.

9e conseil: évitez de modifier souvent vos réponses.

Il arrive même que l’on soit tenté de vouloir changer sa réponse au cours de l’examen. La conséquence à cela est que cela engendre de la panique. Et pourtant l’expérience a déjà montré que la première impression est souvent la bonne. Temporisez-vous donc et ne soyez pas perturbé. Si vous paniquez,  vous risquez de perdre du temps et surtout le fil de la suite des questions.

10e conseil : en cas de panique, concentrez-vous aux nouvelles questions.

S’il arrive que vous ayez une peur panique, concentrez-vous aux nouvelles questions .Cela vous évitera de gagner du temps. Inutile de vous tourmenter avec des questions antérieures ratées. En restant accroché à ces questions terminées, vous risquerez de tout perdre. Concentrez-vous plutôt et songez plutôt à ce qui vous reste à faire. C’est la clé de votre succès.

11e conseil : vérifiez bien l’image dans tous ses angles

Pour bien répondre aux différentes questions, assurez-vous de bien regarder l’image. Il faut surtout analyser l’image dans toutes ses dimensions et indications c’est-à-dire devant, derrière surtout dans les rétroviseurs ainsi que sur les côtés.

12e conseil: chaque mot du texte compte 

Prenez le soin de lire attentivement votre texte car chaque mot compte et a sa propre signification .À titre d’illustration, quand on dit (je dois utiliser les feux de croisement) ou bien (je peux utiliser les feux de croisement) quelle est selon vous la vraie réponse ? À y voir de près, les deux réponses ont beaucoup de similitudes et de ressemblances. Mais elles sont tout à fait différentes. Cela s’explique par le fait que parfois, le code de la route, autorise l’utilisation des feux de croisement, sans pour autant les exiger. Ainsi, dans ce cas, (je peux utiliser les feux de croisement) est bien indiqué comme bonne réponse. Il est donc impératif de bien lire attentivement.

13e conseil : mettez-vous dans la peau du conducteur de l’automobile.

Essayer de vous imaginer au volant et cela vous permettra de maitriser la situation.

14e conseil: vérifiez bien que votre vitesse est amplement suffisante pour les manœuvres demandées.

Pour les questions en rapport avec le dépassement, vérifiez bien que la possibilité d’effectuer la manœuvre décrite. En d’autres termes, votre rôle consiste à voir si votre vitesse n’est pas nettement supérieure à celle du ou des véhicules que vous censé dépasser. Essayer de respecter les consignes uniquement indiquées. Mais, il est toujours possible de faire l’accélération de votre véhicule et de dépasser.

15e conseil: ne soyez pas limites en matière de vitesse.

Sauf indication contraire, mettez-vous à l’esprit que vous êtes désormais un conducteur hors de la période probatoire. En d’autres termes, vous n’êtes pas soumis aux limitations de vitesse, propres aux conducteurs débutants.

16e conseil : évitez des réponses partielles considérées comme fausses.

Toute réponse qui n’est pas complète est considérée comme étant totalement fausse. Ainsi, pour bien répondre, regardez bien les réponses exactes par rapport aux questions posées. Ensuite, cochez sur les lettres correspondantes. Pour des réponses multiples, donnez uniquement les bonnes réponses. N’oubliez surtout pas que pour chaque question, il y a toujours au moins une bonne réponse ainsi qu’une mauvaise réponse.

17e conseil : présentez-vous à l’examen uniquement quand vous êtes en forme.

Vous présenter à un examen alors que vous n’êtes pas à l’aise ou prêt(e) à pour conséquence de vous voir échouer à l’épreuve. Au fait, une mauvaise préparation engendre un grand stress Or, tout cela ne ferait que retarder l’obtention de votre permis. Au besoin, prenez quelques leçons supplémentaires et venez uniquement lorsque vous vous estimez à être apte à réussir à l’examen pratique c’est-à-dire lorsque vous vous sentez à l’aise au volant.

18e conseil : préparez-vous à l’examen.

À la veille de l’examen mangez légèrement et reposez-vous convenablement. La consommation excessive d’alcool est déconseillée que ce soit avant ou la veille surtout qu’on sera amené à conduire un véhicule, une fois le permis obtenu.

19e conseil : le jour J

Le jour de l’examen, mettez une tenue pratique qui n’entrave pas vos mouvements ainsi que des chaussures plates. Évitez surtout d’arriver à la dernière minute pour ne rien louper ou bien se retrouver dans une situation de stress. Regardez que vus n’avez rien oublie comme les lunettes si vous les portez.

20e conseil: installez-vous convenablement.

Installez-vous confortablement au volant, en prenant soin de régler le siège et les rétroviseurs.

21e conseil: suivez attentivement les indications de l’inspecteur.

Au lieu de faire une erreur, vaut mieux poser la question à l’inspecteur pour des choses que vous n’avez pas bien comprises. Il est là justement pour vérifier votre aptitude à conduire et surtout vous aider en cas de besoin.

22e conseil : Ayez confiance en vous et à votre inspecteur.

N’ayez aucune crainte quant à vos capacités de réussir. Conduisez tête tranquille et confiez-vous à votre inspecteur au besoin. Son rôle n’est pas de vous piéger, mais plutôt de vérifier uniquement votre aptitude à conduire.